Le journaling, outil puissant de réflexion et d’organisation

L’écriture

pen on white lined paper selective focus photography

Le journaling, principe d’écrire régulièrement dans un cahier, est accessible à tous. On parle souvent de journal intime, expression galvaudée car associée à la jeune fille et son carnet qui ferme avec une petite clé… Vous la voyez ? 🙂 Eh bien, oubliez là ! Le carnet de note pour les grands existe aussi !

Selon le ministère de la culture, repris dans "La Press", 8 % des français en activité en 2019 écrivent régulièrement dans un journal, soit environ 3 millions de personnes. Chiffre qui serait en augmentation selon Philippe Lejeune, universitaire français et spécialiste du journal personnel. 

Pourquoi ?

Plusieurs études ont été menées depuis les années 50 pour comprendre en quoi l’écriture aurait un rôle dans notre cerveau. L’écriture permet de faire une synthèse sur ce qui nous est arrivé, ce que l’on ressent, ce que l’on envisage de faire, ce que l’on apprend, elle permet d’alléger les maux (sans jeu de mots aucun) et de développer la créativité, tout un programme !

L’étude qui nous intéresse met en avant que les objectifs que l’on se fixe sont plus facilement atteignables lorsque nous les écrivons 1/ régulièrement 2/ à la main et 3/ que nous les partageons à au moins une personne. La régularité, l’écriture manuscrite et le fait de se confier, sont autant d’engagements que l’on prend envers soi et en vers quelqu’un d’autre.

Résultat de l'étude de 2016 réalisé par Dr. Gail Matthews : 3/4 des participants ayant respecté ces trois prérequis chaque semaine ont atteint totalement ou en partie leur objectif.

En clair, déposer les mots (ici ou là, on le verra après), mais avec ses propres mimines permet :

  • D’y voir plus clair : mettre en abymes ses pensées et ses idées notamment
  • De vider son cerveau : quand on a la tête trop pleine d’informations, l’écriture a ce pouvoir d’être comme une bonde de fond d’un lavabo (désolée pour la référence, mais je suis en plein dans les travaux pour refaire ma salle de bain) et permettrait alors de mieux dormir.
  • De prioriser ses tâches
  • De se mettre en action comme nous l’avons vu plus haut
  • De se faire du bien tout simplement

OK, mais j’écris quoi dans mon carnet ?

person in black adidas cap sitting on bench writing on notebook

Nous l’avons vu, écrire régulièrement semble être encore le mieux, ne serait-ce car cela permet de créer une habitude / un rituel, et le cerveau, il aime bien ça ! Le soir ou le matin… Ou les deux c’est encore mieux !

C’est comme en sport, on s’habitue à la régularité et ça devient de moins en moins complexe à appréhender. Alors même si on a la flemme, on se remotive à chaque fois jusqu’à ce que ça fasse partie du quotidien et qu’on en voit clairement les bienfaits !

Et en écrivant, on risque quoi au pire, une ampoule au pouce ? 😉

Le classico, le bullet journal

Voici ce qui est généralement le plus conseillé :

  • Une fois par an : décrire vos objectifs annuels personnels et professionnels.
  • Une fois par mois : on reprend ses objectifs annuels et hop on détaille ce qu’on peut faire ce mois-ci (sur 3 objectifs max hin, on est pas des machines non plus 🤷)
  • Une fois par semaine : vous l’aurez deviné, on choisit ce qu’on veut accomplir cette semaine, on peut en profiter pour se mettre un rappel d’appeler son père pour son anniversaire (oui, un peu comme un agenda)
  • Chaque jour : reprenez vos objectifs et déterminez des tâches, des priorités…

Bref, des idées c’est pas ça qui manque !

Les petits plus

Suite à des années de pratique, je peux vous dire qu’il n’est pas évident de partir de zéro pour, le 1er janvier venu, déterminer ce qui constituera nos projets annuels 🤓. Afin de vous aider dans cette tâche, voici un article qui pourrait vous intéresser. Ensuite, effectivement chaque début de mois et semaine, allez piocher dans vos fiches « Objectif » où vous aurez déjà détaillé pas mal de choses, afin de voir comment vous organiser pour avancer sur les trois objectifs que vous aurez choisi.

D’ailleurs une année ça commence quand vous le souhaitez, moi par exemple c’est à chaque début d’un nouveau carnet, généralement en mai 🙂 …

Aussi, pour vous donner un peu plus de matière lorsque vous êtes motivé pour écrire mais que vous ne souhaitez pas travailler sur des objectifs, tâches à faire, etc., voici quelques pistes :

  • L’intention positive du jour à garder en tête / votre « Mojo » :

C’est une intention, une émotions qu’on aimerai garder toute la journée… Même quand on voit son voisin de bon matin qui nous fait une énième remarque car on a encore laissé les poubelles traîner dans l’entrée (faut avouer, c’est pas top…) !

Si vous êtes en panne d’inspiration, je vous ai constitué une liste de pensées « Good Vibes » à télécharger ici.

  • Après le « Just do It », « Just write it« 

Pas besoin d’être un écrivain renommé, ou un mec qui a fait L (c’était le nom du Bac littéraire qui existait à mon époque ^^) pour pourvoir écrire !

On peut très bien écrire ses pensées, ses envies, ses moments down ou au contraire les moments de pur plaisirs (d’aujourd’hui ou d’un souvenir qui nous revient), ses coups de gueules, ses idées de nouveaux boulots… Bref tout ce qui vous passe par la tête.

Je précise qu’il n’y a pas besoin d’être un pro car il n’y a aucune obligation à tenir une ligne éditoriale ou à faire des phrases. Un jour vous pouvez vous parler à vous même, une autre fois écrire à quelqu’un, faire des tirets d’idées qui passent, dessiner, ou même simplement écrire un mot (qui résume votre journée par exemple).

  • Les 3 bonheurs qu’on a eu dans la journée, comme avoir pensé à prendre du gel hydro une fois que l’on a descendu la poubelle qui s’est ouverte à mi-chemin…

Pour les plus fous / les plus fans de carnet, voici des idées pour vous décomplexer d’acheter pleins de carnets sans savoir ce que vous pouvez y mettre dedans :

  • Le carnet « One day, one thought » (en anglais c’est toujours plus cool) : Vous notez une phrase par jour. Vraiment ce qui vous vient en tête sans trop réfléchir, sans lien avec la veille ou le lendemain, une pensée, une phrase, … Le plus drôle est de tout relire au bout d’un moment.
  • Le carnet de gratitude : uniquement dédié aux « 3 bonheurs du jour » vu juste au-dessus.
  • La simple « todo » liste : liste des choses à faire avec le malin plaisir de cocher / rayer ce qu’on a fait. Un petit conseil tout de même inspirer du bullet journal : réécrivez régulièrement votre liste pour qu’elle soit au propre (sans ce que vous avez déjà coché)
  • Le carnet d’idées : Pour noter toutes vos idées les plus folles, de projets, de voyage, d’entreprise, … Ce qui revient un peu à la bucket liste, car à quoi bon avoir des idées si on ne peut pas les réaliser 😉
  • Le carnet de rêve : écrire ses rêves quand on s’en souvient !
  • Le carnet de voyage : Mais bon, ça marche uniquement quand vous êtes en voyage 😀

Dans tous les cas, quoi que vous écriviez, il est intéressant de garder la date du jour. Si un jour l’envie vous prend de relire quelques pages, il sera plus simple de vous situer et cela permet de constater (sans jugement) le temps que l’on peut passer sans écrire.

Par exemple moi (je fais mon mea-culpa) il m’est arrivé de ne pas écrire pendant un an… je ne pensais jamais m’y remettre d’ailleurs ! 😀 Et parfois d’autre période d’un mois peuvent passer sans aucune ligne.

Ce n’est pas la peine de vous juger ou de vous décourager, ce carnet est avant tout votre ami, il est là quand vous en avez besoin, basta !

Sur quoi j’écris ?

white and blue paper

Ok, ça y est vous êtes chaud, vous souhaitez vous y mettre ?

Alors, à la question « sur quoi j’écris », j’aimerais vous répondre « sur les murs » mais une copine m’a dit que son enfant avait essayé et ça rend pas vraiment bien… Il existe différentes méthodes, plus traditionnelles certes mais aussi plus mobiles, pour arriver à mettre par écrit ses pensées :

  • La feuille blanche, volante, et donc libre d’aller se cacher et que vous ne la revoyez plus jamais, ou d’être d’échiquetée une fois que vous y avez passé vos nerfs
  • Le carnet « vide » avec des pages blanches, à points, quadrillés ou à lignes
  • Le Bullet Journal, très en vogue, vous pouvez le mettre en place vous même ou il existe aussi des carnets « prérempli » qui vous accompagnent
  • Des carnets de développement personnels où tout est inscrit, y a plus qu’à compléter les trous !

Et on oublie l’ordinateur… (cf. le début de cet article…)

J’ai fait un article comparatif de carnets (car oui, je suis une vrai fane de carnet), ça pourrait peut-être vous aider !

Vous avez l’embarras du choix, le seul point important et de prendre le temps de le choisir car a priori vous allez le garder un moment avec vous.

Vous aurez aussi besoin d’un stylo, pour le coup je recommande en priorité les effaçables, exemple le Pilote Frixion rechargeable (mais certains sont affublés, depuis quelques années, de flames plus très à la mode).

Toujours pas convaincu ? Le mieux reste encore d’essayer, vous verrez bien !

Et au pire quoi : ça vous plaira tellement que vous aurez une ampoule ! 😉 Et soyez indulgent avec vous même, ce n’est pas parce que vous n’écrivez pas pendant 3 jours, une semaine, un mois, que vous n’écrirez plus jamais…

Pour conclure :

Les principales étapes :

1/ Choisir son carnet et son stylo

2/ Tester (une) des approches pour vous lancer dans l’écriture

3/ Ecrire régulièrement

Rappels de liens :

Comparatif de carnets

La bonne pensée / votre « Mojo » exemples à télécharger